UN POÈME PAR JOUR de MARTINE ROUHART

Un poème par jour

Que serait une journée
sans poème?
un jardin sans oiseau

Lorsque les mots soupirent
se brouillent entre eux
s'épuisent
s'en vont se perdre
dans des ruelles obscures
ce n'est pas la fin
du monde
je sais
qu'au petit matin
ils retrouvent
leur chemin

Chaque matin
c'est la même histoire
le cœur serré
les yeux fermés
j'attends
j'attends que les mots
qui volettent
autour de moi
se déposent
dans un petit poème
S’en aller
sur son chemin de mots
pour mettre
son âme à l’abri

On trouve les poèmes
sur les terrains vagues
de l’incertain
les rives d’une émotion
au cœur des choses
fragiles fugaces
ou déjà perdues

Je veux des mots qui s'aiment
qui ne mentent jamais
auxquels on songe la page tournée
comme à un paradis perdu
Je veux des mots tendres et fragiles
comme un chant à côté de la mesure
des mots qui donnent accès
à d'autres vies que la mienne
Je veux danser avec les mots
m'envoler et planer avec eux
suspendre ma vie à ces mots
comme à celle d'un oiseau


Un autre poème de l'auteure,
à lire ici :
https://magiepoetique.blogspot.com/2017/12/donner-des-ailes-la-nuit-de-martine_10.html?m=1



1 commentaire:

  1. Nourris bien ces oiseaux là, qu'ils continuent de voler, surtout.

    RépondreSupprimer

Chronique: SALVATORE GUCCIARDO a lu LES ÉCRIVAINS NUISENT GRAVEMENT À LA LITTÉRATURE d' ERIC ALLARD

Éric Allard, Les écrivains nuisent gravement à la littérature, Cactus Inébranlable  éditions, Belgique, 2017. Avec son nouveau livre ...