DESTIN DE SILEX et autres poèmes de SALVATORE GUCCIARDO


©Page Facebook de l'auteur 



Destin de silex

Blancheur fragile
Le poids du monde
Tam-tam du cœur
Le cheval blessé
Entre lumière et ténèbres

Mes yeux palpitent
Sur la pyramide de l’ombre
Délits d’inconscience
La froideur de la momie
Dans le sarcophage des mots

Exubérance du loup
Le sage et le fou
Dans le labyrinthe

Les tentacules
Emprisonnent
La candeur du poète

Parfum de chacal
La nuit déchire
Le papyrus du temple

La flamme brûle
L’écorce de l’arbre
Destin de silex
Le sud et le nord

L’orage est là
Au sommet du Golgotha
Lorsque l’archange
Se libère de ses appâts

Portes verrouillées
Les intrigues embrassent
La basilique terrestre

Hurlement du vent
Les eaux agitent
Le rempart du rêve





Magnétisme

L’innommable s’illumine
De l’énergie des cônes
La symphonie des sphères
Irradie l’impensable

Dans le feu du dialogue
Les astres fusionnent
Avec notre moi

On se substitue
A la dynamique stellaire
Pour s’abreuver
De l’eau cosmique

Les champs magnétiques
Peuplent
Le flux humain
La houle des vagues
S’évanouit
Dans la vulve galactique
Un grain de lumière surgit
De la nuit des temps

J’entends le cœur de l’espace
Qui résonne
Dans la demeure de l’être
Son souffle
Donne naissance
A la germination des vents
A l’amas des globules

Le royaume de la nébuleuse
Est en nous
Le flot elliptique
Enivre notre âme
L’origine
Du monde
Habite le temple de l’homme



Archives du ciel

Les fluides serpentent
L’amas fossilifère
Le jeu d’écume
S’évanouit en grappe globulaire

Sur les dunes de lune
Un tissu marbré
Recouvre un corps dénudé
Une masse volatile
S’agite gracieusement
En formant un cercle

L’harmonie elliptique
Anime le champ orbital
Les archives du ciel
S’exposent
Dans la féerie mouvante

L’odyssée de la vie
Est là
Dans sa puissance virtuelle
Dans l’attrait du mystère
Dans le tourbillon des éléments

Le transit homme-espace
Se trouve dans la cartographie
De l’univers

Fragilité de l’écorce
Cri des forges
Le désert opaque
Le corps à corps
Dans la fièvre des mots

La chair et le fiel
Messages cryptés
Oscillation
D’une bouteille
Au creux de la vague

Le silence et le vide
Polissent l’image
Généalogie triangulaire
L’ombre du baobab
Sur des épaules fragiles

Absence fertile
Sur le champ labouré
Le poids et la braise
Dans le cheminement du jour

L’estuaire de l’âme
Au cœur de l’écorce
Les oiseaux s’envolent
De la terre promise

Les forces  masquent
La corne d’abondance
Au sommet du combat
L’incommunicabilité
Des gens




Le festin harmonieux

Un jet de lumière
Illumine une image
La collision des gènes
Incite la mutation des ombres

L’infini provoque
Le dialogue des astres
L’homme
S’identifie aux éléments

L’esprit
Est une locomotive
L’univers
La force motrice
L’être l’essence divine

Le festin céleste
Est une symphonie
Qui enivre
L’âme humaine
L’éclat de lumière

Un trait de lumière
Surgi du néant
Pour atteindre
La matrice astrale

Je suis subjugué
Par le rayonnement
Je visualise le spectacle
Je vois l’incandescence d’une image
Ayant la forme d’un embryon

Je m’enivre de la lumière
Les gènes m’envahissent
L’éblouissement
Habite mon être

Je suis une météorite
Je porte en moi
La semence primitive
L’histoire de la création
Est enfouie dans mon inconscient

Je suis le témoin du temps
L’eau cosmique
De la source vitale
Ma nourriture
Provient des terres galactiques

Je suis une poussière de l’espace
Mon père est le soleil
Ma mère c’est la lune
Mes frères et sœurs
Sont les astres

Chaque fois que je meurs
Je renais de mes cendres




L’être ambigu

L’épaisseur des nuées
Au-dessus de la marée
Nuit et brouillard
Enfourchent le cheval de Troie

Fragilité de l’être
Complexité de l’homme
Le miroir reflète
Les traits du visage

Ange ou démon
Le combat est en nous
Dans sa violence bestiale
Dans son amour absolu

La chute est au bout du rasoir
Dans l’enroulement des boyaux
Dans la déchirure des entrailles

La raison surgit du labyrinthe
On évoque les ailes d’une colombe
La chaleur de la sagesse
On cherche la clef de voûte
Le grain de lumière

Le remords est au cœur
Du temple de la conscience
La fièvre envahit notre corps

Soubresaut de l’animal
Hurlement du loup
Le vent agite les feuilles de l’arbre     
Toutes les vibrations de l’univers
Sont dans la chair et le sang
L’ambiguïté habite la nature humaine





Cosmologie

Les yeux se révulsent
La foudre
S’abat sur l’arbre
Les semailles du ciel
Regorgent
Le mystère

Égaré dans le sein
De la comète
Je visite
Des lieux interdits
Vigoureusement habités
Par le feu de la constellation

J’embrasse les lèvres
De la nébuleuse
La joie m’étreint

Au sommet de l’absolu
Je contemple
L’œuf cosmique




Effervescence étoilée

Délire des sens
Extase du cygne
L’ivresse frémit
Sur le sein rosé

La chair s’embrasse
Les courbes s’envolent
Vers un espace rythmé

La musicalité s’associe
Aux sphères célestes
La fugue gargantuesque
Dévore la vulve rosâtre

L’odeur des marées
Envahit
La luxuriance fiévreuse

Les ailes du vent
Caressent
L’opulence des corps

Jubilation des astres
L’écume inonde
L’étreinte étoilée



Navigation

Nuage de poussière
Au sein de l’écume
L’âme de l’univers
Alimente
La racine humaine

L’espace infini
C’est le reflet
De l’inconscient
L’énergie éternelle
Dans une gerbe solaire

Féerie de délices
Le rythme des ondes
Embrasse la vertu des comètes
L’effervescence du fleuve
Alimente le méandre stellaire

Dans la mer du silence
La terre cosmique
Est une source intarissable
Une nuée de spirale
Dans la germination lumineuse
Une voie royale
Pour l’avenir de l’homme



Le brasier


Les fruits de l’orage
Embourbent
Le chemin de la sagesse

Le sable du désert
Est en feu

Tout est cris
Et déchirure

Le sommet de la montagne
Est un brasier de haine

La lumière des ancêtres
S’est éteinte

Où sont passés
Les prophètes d’antan




Énergie

Le halo masque le visage
Le spectre
Dépose une ombre
Sur l’axe de la sphère

Dans la cartographie du ciel
La vision est réelle
Elle émet une image fusionnelle

Le feu du ciel
Alimente l’énergie
Un peuple en gestation
Surgi du vide absolu

Le cône lumineux
Nourri la pulsion
Tout est mystère
Dans la géographie évolutive

Le souffle du grand feu d’artifice
Est dans l’homme





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Extraits d’ « À L’AUBE DES TRAVERSÉES » de MAKENZY ORCEL publié aux Éditions Mémoire d'encrier

À l'aube des traversées  Pour Pierre-Richard, Fedner, Damas, Schélomi Lacoste hier encore la main qui transitai...