PHRASES LAPIN de GAETAN SORTET

Gaëtan Sortet est né le 15 janvier 1974, date importante dans l'histoire de la chanson française car c'est ce jour-là que Dalida a interprété pour la première fois le titre qui deviendra son plus grand succès: «Gigi l'amoroso».
Né à Namur, Belgique, comme Félicien Rops, Henri Michaux et Benoît Poelvoorde.
Artiste pluriel, multiple et protéiforme dont les bases de travail sont l'image (photo, vidéo, peinture) et le langage.
Né d'un croisement entre une époque (révolue?) et d'un lieu (sans avenir?), son travail reflète... Une réalité ? Sa réalité ? La réalité ? �Dans un brouhaha d'images et d'infos, l'homme se cherche, l'homme se perd. Gaëtan Sortet, dans sa barque en devenir tente de rejoindre le port. Salut ou d’Amsterdam.
Ce qui est important, ce n'est pas d'où l'on vient mais ce que l'on fait. La biographie d'un artiste se retrouve dans chacun de ses travaux. Sa personnalité, son être et son «moi» apparaissent en filigrane dans chaque oeuvre et il n'y a nul besoin de s'étaler sur des détails qui pourraient polluer la relation public/artiste.



LA CHEVILLE DE L’ART



Premier qui ne sera pas dernier des Mohicans en Normandie.

Visser versa (cfr cheville). Persona non grata Christie. Incognito ni tard.

Formule 1 poétique : « Quand la poésie va, tout va! »


L’OISEAU BLEU



Picasso n’a qu’à bien se tenir à la Table Ronde car la Panthère Rose et son canoë

prennent de l’avance. Les kilomètres sont contés par les frères Grimm et il ne se passera

pas 1001 nuits avant un retour en tête de petite course.


La nuit tous les Shahs d’Iran sont gris.



LE CHARDON ARDENT



Baba au rhum et Bébé à Rome sont sur un bateau. Baba tombe à l’eau. Qui reste-t-il?

Bébé. Et celui n’est pas à jeter avec l’eau du bain.


Mange une main de Dieu et laisse l’autre main de Dieu pour demain.


Les poires font vivre.



BANQUISE LOUISE



C'est l'iceberg qui cache la forêt disait Marie. Il faut couper le mâle par la racine disait

Jean. Et Pierre, lui, n'amassait pas mousse.


L'œuf, battu à mort, a été retrouvé dans la cuisine. Sa coquille, toujours en état de choc

mais vide, a été transportée au service Traumatologie du poulailler Erasme.


Je donne ma langue au Chat Botté.



LE MIROIR DES JOURS



Dans un jardin. Dans un hamac. Eté finissant. Journée finissante. Nu. Lascif.


Jessica Lange, actrice-marraine de la crèche «La maison des Anges» et les bébés volent

comme des mouches ton nez.


Si tu sautes un mouton, tes cheveux frisent. Appelons cela la permanente grégaire.



EN GESTATION POLAIRE



L’ours blanc comme Michel vend toujours sa peau avant de se suicider.


Le morse envoie des messages.


Le manchot est un bandit qui baisse les bras de mer.



LA CHAISE AU PLAFOND



Quand le Père Lachaise, est-ce que la mère s’attable ? Oui.


Un fou demande au pinceau : «Tes poils sont à frire ou à bois?»


Je m’assoies de Chine ou out. Je m’assieds à ravir. C’est une question de passage à la

postériorité.



COMME UN LIVRE OUVERT



Le libraire est un homme fantasque mais, toutes les 5 minutes, il regarde sa montre pour

vérifier si elle est toujours là.


Le présentoir offre au regard des clients les plus belles couvertures de nombreux

magazines internationaux mais Play-Boy n’y est pas. Trop de playmates et de

photographies érotiques sans doute.


Le journal paraît tous les jours sauf le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi, le samedi,

le dimanche et le lundi.



DU BEURRE DANS LES EPINARDS



Quand sèche l’assiette, je peaufine mon anglais. Je repeat Doherty et my tailor is Claude

Rich. Le chaud must go on.


J’aime la femme actuelle. J’aime la femme au volant. J’aime la femme bionique. J’aime la

femme célibataire. J’aime la femme en cuissardes. J’aime la femme d’aujourd’hui (cfr

actuelle). J’aime la femme enceinte. J’aime la femme fatale. J’aime la femme geek. J’aime

la femme heureuse. J’aime la femme idéale. J’aime la femme joueuse de foot. J’aime la

femme libre. J’aime la femme mère-veilleuse. J’aime la femme-orchestre. J’aime la femme

prévoyante. J’aime la femme rose. J’aime la femme synonyme. J’aime la femme urologue.

J’aime la femme vampire. Et aussi le chocolat.


La poésie est audacieuse. De promesses en découvertes, avec coeur et magie, sans faille

ou avec faille, elle nous transporte d’Orient ou... De garage.



AAAHAAA ALEXANDRIE-ALEXANDRIN



Poètes... Tirez-vous les vers du nez. Tirez-vous une balle dans le pied. Et tirez sur le

sonnet d’alarme. Le leurre est grave et les étangs sont durs. Ne l’oubliez pas.


La poésie est un transgenre littéraire glacière aux formes géométriques très variées. Sa

définition définitive se révèle difficile et varie selon les époques à Hontas. Chaque siècle

peut lui trouver une fonction des malades avec de l’huile bénite et une expression

atmosphérique différente. Cela varie de bon cœur aussi d’un poète à l’autre.


Peau aime vie vent.



LA DANSE DU PETIT CHEVAL - LYS JAUNE



Pégase Lacrymogène.


Cheval Capone.


Je suis un hongre très à cheval sur les principes. Très brave. Fidèle. J’ai beaucoup de

chic, une crinière gris pommelé et une petite tête tout en finesse. Entraîné en écurie pour

la saison des concours de poésie, j’ai besoin d’une cavalière douce mais ferme et

exigeante avec qui je pourrai évoluer vers de grosses épreuves. Très facile à monter, je

possède une grande éthique de travail et suis entraîné à l’endurance.



LE CLOCHARD CéLESTE



Voyage au bout de l’inuit. Igloo-igloo il est des nôtres, il a écrit son vers comme les autres.

Voyage au centre Pompidou de la Terre. Beau bourre et ratatam.

Voyage des six lances qui sont d’or et des frères Lumière.



BINÔME SWEET HOME



Mon éclair au chocolat est une pâtisserie que tout le monde aime. Ma crème pâtissière

est douce et onctueuse et tout le monde en raffole.


Je trempe mon biscuit dans mon café et j’ai la banane.

Quand, en cuisine, je passe à la casserole, je mets la patate et j’envoie la purée.



OSCAR ROTTE ET OSCAR DIT GANT



Ce jour, je (Oscar) prends mon envol et mes ailes du désir me poussent... Poussent et je

tousse à toux.


Les cimetières sont remplis de tombes de sommeil (Oscar dort-mort beaucoup) et la porte

toi-bien ne se ferme qu’à la campagne (Oscar n’aime pas la ville).


Je peux maintenant vous le dire. Je (Oscar) suis un aventurier linguistique décoratif et ma

maison ressemble à un énorme dictionnaire de rien et d’autoroute

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Extraits d’ « À L’AUBE DES TRAVERSÉES » de MAKENZY ORCEL publié aux Éditions Mémoire d'encrier

À l'aube des traversées  Pour Pierre-Richard, Fedner, Damas, Schélomi Lacoste hier encore la main qui transitai...